dimanche 18 septembre 2016

Test - Surjeteuse 800DL Bernina



Comme je vous l'avais dit, ma machine Singer Stylist 9960 a désormais une colloc.
Tout se passe bien, l'une et l'autre ont pris leur marque, pas de dispute, que de la bonne entente et de la complicité :o)

Dans cet article, je vous expliquais comment j'avais choisi ce modèle de surjeteuse pour correspondre au mieux à mes critères de choix.


Je vous explique ici ce que je pense de la surjeteuse Bernina 800DL.

CARACTÉRISTIQUES
 

- surjeteuse à 2, 3 ou 4 fils

- recouvrement du crochet supérieur (c'est technique mais en gros, on économise du fil)

 



- commandes de la longueur du point et du différentiel accessibles sur le côté











 




- réglage de la tension du fil par curseur







 



- levier accessible pour changer rapidement de mode (surjet ou roulotté)







 


- schéma d'enfilage inscrit sur la surjeteuse avec code couleur facile à suivre du début à la fin (bon Bernina n'a pas inventé la poudre, toutes les surjeteuses ont ça mais c'est bien pratique)

  


 
 - enfilage aidé grâce à un levier qui bascule le mécanisme afin d'en faciliter l'accès
   
- avancement du couteau depuis le haut (couteau extra robuste, la preuve j'ai oublié une épingle (le boulet) et le couteau l'a coupé net)... A ne pas refaire néanmoins, je vais les bannir et n'utiliser que les pinces désormais pour éviter ce genre de chose.

- livrée avec un petit sac d'accessoires (pinces, aiguilles, porte-connes, huile, tournevis, pièce de rechange...) et le pied de biche standard. Bref, elle n'est pas très fournie et les accessoires supplémentaires (pieds, bac à déchet) sont à ajouter par la suite.

Voici un petit récap de tous les points possibles :  

INSTALLATION

 

Le manuel utilisateur est bien fait, concis, avec des illustrations claires. Bref, l'installation se fait facilement.
- branchement de la pédale
- installation du support à bobines
- let's go





ENFILAGE

L'enfilage était l'un de mes critères de choix. Un seul mot d'ordre : FACILITE.
Et je n'ai pas été déçu. A la réception, ma surjeteuse était déjà enfilée (afin de faire des tests en usine). Je n'ai pas voulu opter pour le choix facile : à savoir faire des nœuds avec les fils déjà enfilés et les faire avancer le long du mécanisme.
Non non non, que nenni, j'enlève tout et je l'enfile seule, comme une grande.
Encore une fois, un coup d’œil sur la notice (même si les schémas affichés sur la surjeteuse sont clairs), je m'arme de la pince fournie et en avant Guingamp. Et pour celles qui ont encore un doute, il y a une vidéo disponible ici très bien faite.

Résultat, sans mentir, j'ai mis 3 minutes à enfiler les 4 fils. Roulement de tambour, mise sous tension, réglage de la tension du fil à 4-4-4-4 et go. Et bien figurez vous que... c'est parfait !!! Couture droite, tension régulière, point nickel. J'ai presque la larme à l’œil tellement c'est beau, si si si.

Donc pour résumé, ENFILAGE --> FACILE

CHANGEMENT DE MODE

Un glissement de roulette et le couteau est "désarmé".
Couteau actif ou désactif (levé) à l'aide de la roulette grise

Un clic sur un levier et on passe en mode rouloté.

  Bref, encore une fois, de la facilité, beaucoup de facilité.

A L'USAGE?
 

Je suis une débutante dans tout ce qui est surjet.


Voici le résultat de surjet sur 3 couches de molleton ou sur 2 couches de coton léger. Je n'ai touché à rien entre chaque, la tension est réglée à 4-4-4-4 pour les deux.
Néanmoins, je procède toujours à un essai sur des chutes. En effet il faut toujours vérifier les réglages sur des chutes du même tissu avant de se lancer sur l'assemblage de son projet, ça évite les mauvaises surprises !!!

Surjet 4 fils sur 2 couches de coton léger (tension 4-4-4-4)

Surjet 4 fils sur 3 épaisseurs de molleton gratté (tension identique à l'image précédente  4-4-4-4)
 Bref, franchement, c'est chouette. La surjeteuse est capable de gérer des matières très différentes, des épaisseurs différentes sans avoir à passer du temps pour trouver le meilleur réglage de la tension. Quel gain de temps, quel confort d'utilisation. C'est presque magique.


Je n'ai pas le recul sur d'autres surjeteuses à part une ancienne (âge : 30 ans) sur laquelle je n'arrivais même pas à faire une chainette. 
J'avais peur de m'équiper d'un objet de ce prix et de peiner à l'utiliser. Je n'aime pas les complications dans les projets couture (comme tout le monde je suppose). J'apprécie quand les appareils fonctionnent comme ils doivent, sans passer un temps fou à les régler, enfiler... Je ne suis vraiment pas déçu de mon choix. 

Je commence à me faire des vêtements et ma machine me le permettait (elle a un point de surjet) mais là, ça n'a rien à voir. L'utilisation de la surjeteuse est un gain de temps infini pour un résultat professionnel. La Bernina 800DL correspond exactement à ce que j'attendais personnellement d'une surjeteuse.

PRIX
 

Évidemment, la qualité a un prix. En règle générale, une surjeteuse est aussi cher voire plus qu'une machine à coudre. C'est un appareil très technique et sophistiqué. On passe des 2 fils de la machine à 4 fils pour la surjeteuse donc forcément, on monte en prix.

Vous pouvez trouver la surjeteuse 800DL à minimum 620 € sur le net.
Bernina est l'une des marques les plus robustes, si vous investissez, c'est pour des dizaines d'années...

En conclusion, je l'aime d'Amour :o) 
Et vous, vous l'aimez d'amour votre surjeteuse ou vous la détestez?

8 commentaires:

  1. J'attendais ton crash-test avec impatience ! Et je vois que conquise tu es...
    J'ai une "Lidl" depuis 4 ans et franchement, elle fait la blague pour ce que je lui demande (coton, jersey, molleton) c'est plus compliqué sur des tissus fins...
    En revanche, il faut trouver LE réglage et ne plus y toucher et pour l'enfilage...au bout de 2/3 fois , on s'y retrouve. Bref, pas mal pour commencer et avoir un fini propre, mais je pense que je vais faire mes éconocroques pour passer, comme toi, sur un modèle plus "pro" ;-)

    RépondreSupprimer
  2. La marque JUKI qui fabrique pour BERNINA propose le même modèle moins cher.

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, je ne me sens pas du tout près de me lancer dans cet achat car je crois que mon compagnon serait obligé d'appeler les secours pour me désentortiller des fils que je n'aurais pas su enfiler... ;-)
    Je me débrouille tout juste avec ma petite machine à coudre toute simple alors, je vais encore continuer comme ça pendant quelque temps.
    Et pourtant... Quand je vois le résultat ici sur tes chutes de tissu, c'est tentant !
    Bravo pour ta patience, ta détermination et ta réussite. Tu as su dompter le monstre ;-) Chapeau !
    Bonne journée Lucie.
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  4. bonjour Lucie, j'ai cette surjeteuse depuis 10 ans et, j'ai toujours du mal à régler les tensions aux gros changements de tissus, vous m'épatez !!!!
    A tout hasard, je vous informe que vous pouvez faire aiguiser les couteaux lors de l'entretien. Ca évite la dépense de nouveaux couteaux .
    Belle journée à vous et bonne couture avec votre nouvelle amie ..
    Moune

    RépondreSupprimer
  5. coucou je viens de visiter ton blog et je tombe sur cet article qui m'a beaucoup intéressée car je voudrais me lancer mais je n'y arrive pas je voudrais me servir d'une surjeteuse mais je sais pas à lire ton article je me précipiterai bien pour l'acheter mais ? .... encore celui bien petit comme mot pour me freiner comme ca :)
    je voulais aussi te remercier ton blog est super sympa d'ailleurs je cours m'inscrire à ta newsletter je t'invite à visiter mon univers aufildessonges.canalblog.com
    bises
    aurélie
    a très bientôt

    RépondreSupprimer
  6. bonsoir , un grand merci pour cet article très intéressant qui m'a enfin permis d'arrêter un choix! j'hésitais avec les mêmes modèles que toi , tes critères étant les miens tu m'as convaincu avec celle ci :)
    je viens de recevoir la mienne et j'ai hâte de la tester !
    merci encore et bonne couture
    vero

    RépondreSupprimer
  7. bonjour, j'ai une BERNINA 800DL, j'en suis très satisfaite, j'ai égaré mon manuel d'utilisation, où est-ce que je pourrai me le procurer. J'ai un projet de me lancer pour un maillot bain, j'aimerai me documenter sur l'aiguille, réglage des fils, le pied couture élastique.
    En attente de vous lire
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  8. Grace à ce sujet, mon mari m'a offert pour mon anniversaire la Bernina 800DL. Je ne m'attendais pas à m'équiper de si tôt avec ce type de machine. Mais je suis ravie, j'ai réussi l'enfilage grace au schéma et à la petite vidéo très bien faite. Je vais me faire la main sur des petites productions sans prétention avant de faire un justaucorps pour une amie. Mais cela ne me fait pas peur !!!

    RépondreSupprimer

Merci de laisser un petit mot si ça vous a plu :)